Une collaboration entre RhinOcc et Twelv pour réduire la fracture numérique des collaborateurs.

Une collaboration entre RhinOcc et Twelv pour réduire la fracture numérique des collaborateurs.

Lancé en mars 2021, le programme dédié aux entreprises de RhinOcc vise à organiser des sessions de travail pour favoriser une transformation numérique plus inclusive et responsable. Pour cela, nous travaillons sur plusieurs axes, avec notamment un atelier sur le sujet de l’acculturation au numérique des collaborateurs. Dans le cadre de cet atelier, l’équipe d’animation RhinOcc a notamment fait appel à la startup Twelv pour construire une méthodologie de travail adaptée.

Retour sur cette collaboration avec Clotilde Maury, chargée du programme inclusion numérique des entreprises chez RhinOcc et Jerôme Lamrak, cofondateur de Twelv.

Un programme dédié pour accompagner les entreprises en demande

Clotilde Maury est chargée du programme inclusion numérique des entreprises de RhinOcc. A ce titre, elle pilote l’ensemble des ateliers de façon à organiser des sessions de travail qualitatives, qui répondent aux besoins réels des entreprises. “Nous avons été sollicités il y a un an pour animer un échange inter-entreprises sur plusieurs sujets en lien avec l’inclusion numérique. Parmi ces ateliers, il y a un groupe qui travaille sur la question de l’acculturation au numérique des collaborateurs afin de réfléchir spécifiquement à la question des collaborateurs éloignés du numérique.” explique Clotilde. 

Pour s’adresser aux collaborateurs, 2 types de livrables sont en construction par les participants de cet atelier : un pré-diagnostic qui permet de cibler et de connaître son propre usage du numérique de manière subjective et un guide des solutions pour accompagner les collaborateurs en fonction de leurs réponses au pré-diagnostic.

 

C’est notamment dans la conceptualisation de ces livrables que la startup Twelv a apporté son expertise, comme nous l’explique Jerôme Lamrak, cofondateur de Twelv.

“Chez Twelv, le sujet de la fracture numérique et de l’acculturation des collaborateurs nous touche directement. En faisant la connaissance de l’équipe RhinOcc, j’ai tout de suite pensé que nous pourrions monter un partenariat pour travailler ensemble sur ce sujet et ainsi les accompagner dans la production de livrables adaptés.” Twelv se définit comme un dispositif de transformation collaborative qui va générer une communauté d’apprenants au sein de l’organisation. Il s’agit d’une plateforme de knowledge management en entreprise qui détecte, organise et distribue les savoirs de manière collaborative. “Il faut avoir en tête que pour 90% des problématiques générées par l’entreprise, celle-ci a les capacités et les savoirs en interne d’y remédier. On propose donc une solution qui fait que l’organisation va pouvoir capitaliser sur son propre savoir en développant l’engagement des salariés. On a tendance à se définir comme Le Bon Coin du partage de bonnes pratiques : on propose un cadre qui va structurer et de développer les interactions entre les apprenants et les sachants dans une culture d’amélioration continue. Dès lors, nous rendons l’organisation plus autonome pour relever ses propres défis de transformation. C’est ça pour nous la Transformation Collaborative.”  

Vers des outils pour favoriser l’acculturation au numérique en entreprise

Si Twelv propose une solution concrète, l’équipe incarne surtout une vision novatrice sur la formation en entreprise, qui mise sur l’implication volontaire des collaborateurs et une mise en commun des savoirs. Un positionnement particulièrement pertinent dans le cadre de l’atelier proposé par RhinOcc aux entreprises participantes, comme nous l’indique Clotilde : “Avec son concept innovant, nous avons rapidement vu la pertinence de présenter cette solution aux participants : c’est essentiel d’avoir une vision extérieure sur ces questions de formation et d’acculturation. Jerôme nous a alors accompagnés dans nos réflexions, allant jusqu’à animer un atelier dédié, permettant d’amener une dynamique et une réflexion pour finaliser notre premier livrable : le pré-diagnostic.”

L’expertise de Twelv met notamment en évidence que le E-learning et la formation classique ont des limites. Ainsi, il devient essentiel de se focaliser sur le volet humain pour favoriser une transformation, mieux comprendre les besoins et mieux valoriser les compétences que chacun peut apporter au sein de l’entreprise.

Concrètement, Jérôme a travaillé en lien avec l’équipe RhinOcc afin d’apporter une méthodologie de travail adaptée à cette question de l’acculturation des collaborateurs. Plusieurs rencontres et temps d’échanges ont été organisés afin de définir les objectifs vis-à-vis de cette cible et d’imaginer des solutions concrètes pour réduire la fracture numérique des collaborateurs en entreprise.

“Pour moi, les livrables produits dans le cadre de cet atelier représentent une première étape importante dans cette démarche d’acculturation”, précise Jérôme “Cela permet à l’usager se poser des questions, de se positionner par rapport à ses usages et sa maîtrise des outils numériques. Le pré-diagnostic et le guide des solutions issus de ces travaux inter-entreprises ont de la valeur et vont permettre d’aider les personnes qui ont besoin d’aide, mais aussi celles qui souhaitent proposer leur aide. Mais ce n’est que le début ! Il va falloir générer de la continuité dans ce travail et faire évoluer ces livrables.” Jerôme souligne ainsi la nécessité de poursuivre cette réflexion et d’aller encore plus loin dans l’accompagnement des collaborateurs. Les ateliers entreprises comme celui-ci marquent un point d’étape important dans le lancement de véritables réflexions internes et mises en place de solutions sur la durée.

Pour ce groupe sur l’acculturation au numérique des collaborateurs, la prochaine étape sera de finaliser les 2 livrables, avec notamment l’édition du guide des solutions qui pourrait faire l’objet d’un outil développé pour l’occasion. “Nous prévoyons d’organiser un temps collectif qui va permettre de réunir tous les collaborateurs impliqués sur ce sujet et pourquoi pas d’organiser des webinaires dédiés. Ensuite, forcément nous réfléchissons déjà à la suite, avec potentiellement le lancement de certaines expérimentations avec le développement d’outils dédiés pour approfondir le travail qui a été initié” précise Clotilde.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur print
Print
Retour haut de page