46-Lot

Découvrez le département du Lot et ses actions pour l'inclusion numérique

Le Lot est une région qui compte à ce jour 174 094 habitants. Ce département est caractérisé par une faible densité et sa population est en légère progression depuis le début du 21ème siècle. En 2019, le département se situait à la 93ème  position sur le plan national.
Le département accompagne ses habitants pour faciliter l’usage du numérique, notamment avec le déploiement de la fibre.

Le référent territorial

Le référent territorial, Lot Numérique, va effectuer des actions de coordinations sur le département afin d’animer le réseau des Conseillers Numériques France Services (CNFS). Aujourd’hui, le Lot compte 23 CNFS, répartis sur l’ensemble du territoire.

Le Lot Numérique a pour objectif, d’évaluer les besoins du territoire, mettre en place des actions et des outils favorable à l’inclusion numérique.
Afin de mieux vous présenter cette structure, Thibaut Lagache a accepté de répondre à quelques questions.

Interview

Thibaut Lagache
Lot Numérique

Le syndicat Lot numérique a été créé en avril 2016. Il est composé du Département du Lot, des communautés de communes lotoises et de Territoire d’Energie Lot.

Le syndicat porte trois missions principales : le projet d’aménagement numérique du Lot « le très haut débit pour tous », la participation à l’amélioration de la couverture en téléphonie mobile et l’élaboration et la mise en œuvre du schéma des usages et services numérique (SDUSN).

Dans le cadre du SDUSN, le syndicat s’est fixé comme objectif de lutter contre la fracture numérique en favorisant l’inclusion numérique pour tous.

En 2021, le syndicat s’est positionné dans le cadre du dispositif « Conseillers numériques France Service » de l’agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), en recrutant une conseillère numérique coordonnatrice.

En parallèle, le syndicat a rejoint Rhinocc pour participer à ce réseau régional et mettre en œuvre les actions coconstruites correspondants aux besoins du territoire lotois.

Je suis Thibaut Lagache et j’ai un rôle pivot au sein de Lot numérique, car j’interviens en partie sur le volet infrastructures qui est la compétence principale qu’exerce le syndicat pour le compte de ses membres, mais je m’occupe aussi du développement des usages, une compétence partagée pour laquelle le syndicat assure un rôle de coordination et d’impulseur.

Afin de structurer la stratégie de développement des usages sur le territoire lotois, il y a eu dans un premier temps une phase de concertation avec les acteurs du territoire, qui a permis d’établir le schéma des usages et services numériques lotois.

Ensuite, les premières actions ont pu être lancées, comme la mise en place de bornes WIFI public dans les communes du Lot et l’animation du réseau des tiers-lieux lotois.

Suite à la crise sanitaire, qui a accentué le recours au numérique et donc la fracture numérique pour les personnes en difficulté, le syndicat a souhaité renforcer son action pour favoriser l’inclusion numérique.

Plusieurs scénarios ont été étudiés et c’est un besoin de coordination qui a été exprimé par les acteurs du territoire. Le syndicat a donc décidé de recruter un poste dédié. Cela s’est traduit par l’arrivée de ma collègue Audrey LAUR, en septembre 2021, qui coordonne le réseau des 23 conseillers numérique du Lot.

Audrey facilite les prises de fonction des conseillers, puis échanges au sein du réseau. Un travail est mené pour améliorer la lisibilité de l’offre d’accompagnement proposée.
Plusieurs rencontres départementales ont déjà eu lieu pour favoriser l’interconnaissance et l’échange de bonnes pratiques entre les conseillers.
Récemment, du matériel informatique reconditionné a été commandé de façon mutualisée par le syndicat.
Audrey va le remettre à certaines structures privées partenaires qui emploient des conseillers numériques.

De mon côté, j’ai contribué au projet du nouveau Rhinocc étendu à l’ensemble de la région et suis depuis le référent départemental du Lot.

Poursuivre la coordination des conseillers numériques et l’élargir aux autres médiateurs numériques.

Nous finalisons la mise à jour du référencement des structures de médiation numérique, qui permettra d’alimenter la cartographie du Rhinocc.

Nous souhaitons également organiser un évènement fédérateur des acteurs lotois de l’inclusion numérique.

Nous allons alimenter la cartographie du Rhinocc, être le relai local du réseau en assurant la coordination des acteurs à l’échelle départementale et en faisant remonter les besoins.

La sensibilisation des travailleurs sociaux est également un enjeu sur lequel nous souhaitons avancer ensemble. Nous sommes en effet intégrés à la démarche premier accueil social inconditionnel de proximité (PASIP), pilotée par le Département du Lot, qui a pour objectif de faciliter l’interconnaissance et l’articulation entre les différents partenaires qui interviennent dans le domaine social. Le but est de pouvoir apporter une première réponse à un usager qui effectue une demande sociale, tant pour résoudre les difficultés d’accès à leurs droits que pour leur apprendre à utiliser les moyens numériques.

Enfin, nous allons participer aux évènements régionaux et collaborer pour organiser des évènements locaux.

Etre référent Rhinocc c’est être partie prenante d’un projet collectif, partager ses difficultés, mais aussi ses réussites concernant des enjeux nouveaux.

En effet, la dématérialisation et le recours au digital se sont accentués ces dernières années. Cela facilite les démarches des personnes qui sont à l’aise avec le numérique, mais peut être une difficulté pour les autres. 
De nouveaux métiers, comme les conseillers numériques, sont apparus pour accompagner les habitants, notamment les personnes âgées, mais pas seulement. Les jeunes sont à l’aise dans un usage quotidien des réseaux sociaux, mais peuvent être perdus pour effectuer une démarche administrative.

Le Rhinocc permet donc de prendre de la hauteur sur ces enjeux et d’être un appui. Je participe aux comités stratégiques et techniques.

Nous avons dupliqué ce mode d’organisation à l’échelle locale. Des comités techniques sont organisés avec les partenaires pour rendre compte des avancées et partager ensemble nos travaux.

Des newsletters permettent également de tenir informés nos partenaires et les élus.

Qu’elle favorise les échanges, qu’elle mette en lumière les dispositifs facilitateurs (appels à projets, financements disponibles…), que des mutualisations aient lieu dans l’intérêt de tous, pour faire progresser ensemble l’inclusion numérique.

Retour haut de page